ERIKA, VENDEUSE AU DECATHLON DE MARSEILLE

Erika est vendeuse au Decathlon de Marseille et Sub'Rédactrice pour la marque Subea.Passionnée de plongée sous-marine, découvrez son portrait...

erika vendeuse decathlon marseille

J'ai 32 ans, j'ai fait une licence STAPS à Bordeaux. J'ai d’abord commencé sur l'eau en devenant monitrice de voile. Ayant vécu dans les îles, je me suis naturellement mise à faire énormément de snorkeling et forcément, je me suis initiée à l'apnée et par la suite, à la plongée. J’ai mon niveau PADI Open Water.

 

erika vendeuse decathlon marseille

QUEL EST TON MÉTIER CHEZ DECATHLON ?

J'avais déjà travaillé chez Decathlon en contrat étudiant sur le petit magasin Decat' de Bordeaux Centre il y a quelques années et cela m'avait beaucoup plu. Puis j'ai voyagé, fait divers métiers, et c'est en arrivant sur Marseille que mon aventure chez Decathlon a vraiment démarré. J'ai déposé un CV dans les magasins de la région et j'ai commencé comme hôtesse de caisse sur le magasin d'Aubagne en CDD puis sur le rayon bateau, plongée, natation. A l'ouverture du magasin des Terrasses du Port, en centre ville de Marseille, j'ai eu la chance de signer mon CDI à temps plein sur le rayon bateau, plongée, natation, glisse. Je suis donc la seule 35h sur ma conso, tous les autres sont étudiants. Je suis en quelque sorte le bras droit de ma responsable de rayon sur le terrain. Je mets en rayon les produits, vérifie l'approvisionnement, forme les collaborateurs mais surtout je conseille nos clients pour qu'ils trouvent le produit le plus adapté à ce qu'ils recherchent et qu'ils repartent satisfaits de notre magasin. La relation client c'est vraiment ce que je préfère.

 

QU'EST-CE QUI TE PLAÎT DANS LA PLONGÉE SOUS-MARINE ?

Petite fille de pêcheur et fille de plongeur, l'Océan a toujours été un ami dont je ne peux m'éloigner trop longtemps. De voguer sur les flots, je me suis vraiment mise à apprécier ce qu'il se passait sous la surface en ayant vécu à Mayotte. C'est une île incroyable dont la richesse des fonds marins est exceptionnelle. La proximité avec les récifs, la faune et la flore est juste hallucinante. Ce qui me passionne dans la plongée, c'est les surprises qu'on rencontre à chaque fois qu'on met la tête sous l'eau. Chaque plongée est différente, il y a toujours quelque chose à observer, des couleurs, des bruits, cette impression d'immensité, j'adore. Les plus belles émotions que j'ai eu, en dehors de la naissance de ma fille, je les ai vécues sous l'eau. Et les pires aussi !

 

erika vendeuse decathlon marseille

QUEL EST TON PLUS BEAU SOUVENIR SUBAQUATIQUE ?

Sans aucun doute, ma première mise à l'eau avec des baleines à bosse ! Ce jour-là, nous nous sommes mis à l'eau avec une mère, son baleineau et une 3e baleine qu'on appelle “une escorte”. Je ne savais même pas que c'était possible ! La maman et son petit sont passés à quelques mètres de nous et l'escorte, elle, a clairement fait un détour pour nous observer. Cette interaction a réellement changée ma vie. Lorsque je suis remontée sur le bateau, je me suis immédiatement dit "ok maintenant comment faire pour les protéger, elles et leur environnement". C'était fantastique !

 

QUE RESSENS-TU À L'IDÉE DE DEVENIR SUB'RÉDACTRICE ?

Je trouve ça génial ! J'aime le fait de me dire qu'à mon niveau de vendeuse magasin, je rajoute une petite goutte d'eau à la famille Subea. Pouvoir rédiger des conseils ou des recommandations à nos utilisateurs pour qu'ils pratiquent en toute sécurité et dans le respect de l'environnement est pour moi essentiel. Pour Subea qui souhaite démocratiser la pratique subaquatique c'est même très important, car nos utilisateurs peuvent être complètement novices dans la pratique. Nous avons une certaine responsabilité je pense vis à vis du milieu dans lequel ils vont pratiquer.

 

POURQUOI ES-TU DEVENUE MEMBRE DE L'ASSOCIATION LONGITUDE 181 ?

Je suis très sensible à la protection de l'Océan car on le maltraite : on le vide de ses habitants, on ruine ses écosystèmes et on le prend pour une poubelle. Le constat est là, sans les océans nous ne pouvons pas vivre et pourtant on s'évertue à le réduire à néant ! J'ai vu les ravages du réchauffement climatique sur la barrière de corail à Mayotte, les déchets qui jonchent le bord de mer à Marseille, le déversement de boues rouges dans les calanques, la surpêche et ce ne sont que quelques points parmi tant d'autres...~Lisant régulièrement des articles sur les océans et leurs problématiques sur le net ou via des revues, j'ai déjà entendu parler de cette association. Quand je suis arrivée sur Marseille, j'ai eu l'occasion de profiter du festival mondial de l'image sous marine et Longitude 181 y tenait un stand. Ce jour-là, j'ai pu discuter avec François Sarano, le fondateur. Il faisait partie de l'équipe Cousteau dont j'avais pu suivre toutes les aventures avec mon père étant petite. Pour moi c'était un peu discuter avec une icône que j'ai toujours admiré. Il m'a alors proposé d'adhérer à l'association, proposition que je me suis empressée d'accepter. Il m'a présenté à Patrice, le président de l’association, et c'était parti ! Cette association me convient en tout point. Elle agit dans des domaines variés pour la protection des océans, de sa faune et de sa flore en incluant tout un aspect scientifique qui est pour moi très important. Si à mon niveau, je peux aider à changer les choses, à éveiller les consciences même d'une seule personne alors je me dis que ça en vaut réellement la peine et Longitude 181 est une association de passionnés, c'est ce que j'aime !

 

 

LIRE TOUS LES ARTICLES ÉCRITS PAR ERIKA